Le synode sur la famille : Priorité à l’approche pastorale et ouverture aux interprétations divergentes

Suite aux deux analyses proposées après la première session du synode, « Miséricorde et doctrine : Enjeux théologiques et ecclésiologiques du synode sur la famille » (novembre 2014), et à mi-chemin entre les deux sessions : « Synode sur la famille : ouvertures ou blocages ? » (juin 2015), je propose ici quelques éléments d’analyse 1 d’abord du chemin accompli entre les deux sessions du synode (octobre 2014 et octobre 2015) 2 et ensuite du travail effectué au cours de cette seconde session et du résultat offert dans le rapport final. Comme je l’ai fait pour les deux premières études, je m’attache en particulier à la question de l’accès ou non à la communion des personnes divorcées et remariées. Cette question n’est pas, rappelons-le, l’objet principal du travail du synode ni, très loin de là, le centre de son message. Mais, comme l’a fait remarquer le cardinal Schönborn, le 23 octobre, veille du vote final, « elle comporte, il est vrai, un caractère emblématique 3. »

Télécharger la version intégrale du document

Fr. Ignace Berten, OP

Notes:

  1. Mes sources sont principalement : le site du Vatican, vatican.va et press.vatican.va, le site Zenit, les sites Cathobel, La Croix et le site Urbi & Orbi, le site Global Pulse Magazine, Sandro Magister et le site Chiesa. À partir de ces diverses sources j’ai aussi cherché les documents originaux quand ils étaient cités. J’ai souvent traduit les textes moi-même.
  2. Pour faire le lien, je reprends l’un ou l’autre élément du deuxième rapport.
  3. Interview dans Le Figaro, 23.10.15.
Posté dans Libres propos, Vie de l'Église
Tags : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*