Pensions d’octogénaires

Et pourquoi un pape octogénaire n’aurait-il pas droit à la pension ? Disons : droit à la retraite ? Tous n’ont pas la lucidité et l’humilité suprême de reconnaître que les forces leur manquent pour assumer désormais sans danger leur super mandat. J’avoue faire partie, à un fort modeste échelon, de cette catégorie des « quatre fois vingt » qui renoncent à conduire un véhicule pour ne pas faire courir de risques supplémentaires aux juniors ou aux piétons imprudents. Et les assurances spéciales, me direz-vous ? Pour un pape, l’assurance du Saint-Esprit ? C’est oublier que Dieu n’a de mains que les nôtres.

Il en va autrement pour les septuagénaires parmi lesquels on trouve encore de merveilleux capitaines d’industrie, voire de vaillants chefs d’Etat dont on ne saurait mettre en doute la compétence. Tenez, par exemple, ce nouveau successeur sur le trône de saint Pierre. Il n’a pas seulement choisi le nom du Poverello d’Assise, il s’est rangé toute sa vie du côté des pauvres. Ce vaillant septuagénaire n’a plus qu’un poumon, mais il vient apporter un souffle extraordinairement nouveau à son Église. Il rend la parole aux plus démunis.

Le Flâneur

Posté dans Libres propos
Tags : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*