Echo de l’Évangile : La « Joyeuse entrée » du Christ

A propos de Luc 23, 35-43 – Commentaire par Roger Kessler

Les « joyeuses entrées » sont bien d’actualité grâce au couple royal. Ce dimanche, c’est celle du Christ.
Le Christ-Roi est fêté, mais contrairement à Philippe et Mathilde, sa royauté n’est pas de ce monde. Il y a de quoi perdre son latin !

Un roi injurié, un roi dont on se moque, à qui on demande de descendre de la croix pour sauver celui qui ne se prive pas de le tourner en ridicule : le mauvais larron.

Au sol, ce n’est pas mieux, les juifs s’insurgent sur l’écriteau au-dessus de la croix et demande à Pilate de l’enlever.

Pourquoi lors de son « entrée royale » à Jérusalem, Jésus avait laissé faire les gens sachant que s’il les arrêtait les « pierres crieraient » (Luc19, 40)

Décidément le prestige de la royauté de l’Ancien Testament est bien loin…

Pourtant cette royauté-là, Jésus n’en voulait pas. Déjà lors des tentations il a résisté au pouvoir, à la toute- puissance proposée par le « malin ».

Dans quelle mesure sa royauté peut-elle avoir du sens ?

Peut-être à travers le bon larron. Il n’est pas mieux que les autres et il le sait, il l’admet devant Jésus. C’est cette vérité-là qui va le sauver.

Il reconnait l’injustice dont Jésus est victime ainsi que la grandeur royale de celui qui reste digne malgré le supplice. C’est une vraie profession de foi qui fera de lui un vivant. Grâce à ses mots, il participera à la construction du royaume.

Jésus ne peut être roi tout seul et c’est à nous après le larron à dire notre OUI et ainsi participer en vérité à cette royauté tout autre.

Posté dans Apostolat
Tags : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*