Archives du site

De grands absents à Knokke à la Fête de saint Dominique

Chris, frère Eugenio et Michel Linder

Chris, frère Eugenio et Michel Linder, alors Président vicarial des fraternités de Belgique-Sud, novembre 2004.

Le 8 août de cette année n’était pas seulement la fête de saint Dominique mais aussi un moment exceptionnel, celui de l’engagement dans les fraternités laïques dominicaines de 14 laïcs de la Dominikaanse Familie Vlaanderen (DFV). Toutefois, il manquait à cette célébration plusieurs grandes figures que personne n’a pu voir avec les yeux de la chair, même s’ils étaient certainement là dans la réalité du cœur et la communion entre le Ciel et la terre.

Il s’agit du frère Gerard Braet, qui a longuement accompagné les laïcs dominicains de Flandres en tant qu’assistant provincial de la DFV et qui est décédé en juillet de l’année dernière, précédé quelques mois plus tôt par Guido Van Damme qui a beaucoup œuvré pour que ce jour d’engagement advienne. Une autre grande absente était Chris Van Croonenborch, ancienne secrétaire et trésorière de la DFV il y a une vingtaine d’années, qui a été appelée « la mère de la Dominikaanse Familie Vlaanderen » tant son rayonnement était grand. Chris, qui est décédée d’une crise cardiaque à Borgerhout (Anvers) à l’âge de 58 ans le 3 février 2005, était notamment aussi secrétaire de la revue Dominicaans Leven. Mariée, mère de quatre enfants, il y a peu d’initiatives pastorales ou sociales à Anvers ou en Flandre auxquelles elle n’ait pas été associée. Au moment de son décès, elle était à son ordinateur en train de méditer l’Evangile du dimanche pour en rédiger un commentaire.

Bénédicte, Chris & Guido

Couvent dominicain de Walberberg, juin 2004
Bénédicte, Chris et Guido devant le stand belge.

Sensibilisée à la dimension européenne et internationale du laïcat dominicain, Chris a participé à l’Assemblée européenne des fraternités dominicaines à Fognano, Italie, dès 2001, mais sans droit de vote puisque la DFV était un groupe ne relevant pas de la Règle de Montréal. Chris a participé aussi à l’Assemblée européenne des fraternités à Walberberg, Allemagne, en juin 2004. C’est en vue de l’Assemblée de Walberberg que Fr Eugenio Boleo, alors assistant vicarial des fraternités de Belgique-sud, prit l’heureuse initiative d’organiser au couvent de Bruxelles une réunion de préparation entre la délégation flamande et la délégation francophone, composée de Chris, du Fr. Gerard, de Bénédicte Jerebzoff et de Guido Van Damme. Cette collaboration et ces échanges se poursuivirent pendant toute l’Assemblée et furent le point de départ non seulement d’une amitié personnelle et d’un rapprochement entre laïcs francophones et néerlandophones mais aussi d’une réflexion sur la notion d’engagement dans l’Ordre dominicain et l’intégration des fraternités dans l’Ordre. Le grain de sénevé semé en terre est aujourd’hui en train de devenir un bel arbre. Laus Deo !

Bénédicte Jerebzoff, op


Tags : , , , ,

Les laïcs dominicains et la prédication

Lettre du fr Bruno Cadoré, Maître de l’Ordre

Frère Bruno Cadoré OP, Maître de l'OrdreC’est à l’occasion du jubilé de l’Ordre que le fr Bruno Cadoré adresse cette lettre à toute la famille dominicaine et plus particulièrement aux laïcs dominicains, et parmi ceux-ci plus particulièrement encore aux Fraternités dominicaines.

Dominicains, – frères, sœurs et laïcs, – nous sommes envoyés pour prêcher l’Évangile. Le pape François a fortement mis en valeur cet appel à l’évangélisation dans son Exhortation apostolique Evangelii gaudium. « Aujourd’hui, plus que jamais peut-être, le thème des laïcs dominicains doit nous aider à découvrir davantage que nous tous, membres de la famille dominicaine, sommes envoyés ensemble pour servir la conversation de Dieu avec le monde en annonçant l’Évangile de la paix. »

C’est Paul VI qui a introduit ce mot conversation au cours du Concile. Il définit bien ce que doit être l’esprit de la prédication dominicaine et plus clairement encore ce qui doit animer la participation des laïcs à cette mission.

On peut voir une analogie entre le contexte ecclésial et sociétal où est né l’Ordre et la réalité présente. Comme l’Église a été bousculée dans sa manière d’être par la société féodale, l’Église d’aujourd’hui est bousculée à la fois par la modernité sécularisante et par la diversité culturelle et religieuse de notre société. L’Église est confrontée comme au 13e s. à l’émergence de nouveaux savoirs et de nouvelles manières d’y accéder.

« La notion de “famille dominicaine” n’est pas seulement une manière de dire les convergences entre plusieurs groupes ayant un même propos. Elle exprime aussi un mode d’évangélisation et, de ce point de vue, les laïcs dominicains sont un rappel de cette exigence enracinée dans l’Évangile. »

L’Ordre des Prêcheurs n’a pas le monopole de la prédication, mais il est appelé à l’exercer sous le mode propre de la fraternité et de la communion.

Qu’implique la prédication comme conversation ? En ce qui concerne les laïcs dominicains, cette conversation présente une double dimension. Les laïcs sont porteurs d’une expérience humaine et chrétienne propre du fait de leur enracinement dans la vie familiale, professionnelle et sociale. Cette expérience très diversifiée doit nourrir la prédication de la famille dominicaine, et cela d’autant plus que « dans beaucoup de lieux du monde contemporain, la situation habituelle d’un laïc le confronte à l’indifférence, au scepticisme et à l’incroyance [et j’ajouterais à l’esprit antireligieux si présent dans certains milieux en Belgique – IB], d’une manière bien différente des religieux, et cela doit venir enrichir la prédication de l’ensemble de l’Ordre ».

Cette complémentarité est indispensable à la fécondité de la mission de l’Ordre, mais elle est trop peu mise en valeur. « Il est important de souligner que l’une des tâches de la famille dominicaine est de s’organiser de sorte que ces multiples expériences – et pas seulement les actions concrètes d’évangélisation – entrent en conversation et s’enseignent mutuellement. » En ce sens, nos journées d’études, comme la dernière consacrée à « l’amour dans tous ses états », sont une heureuse réalisation de cette complémentarité.

La réalité de la famille dominicaine devrait nous aider à dépasser une relation hiérarchisante entre prêtres et laïcs, consacrés ou non, hommes et femmes, vieux et jeunes.

« Insister sur l’engagement des laïcs dominicains dans la prédication signifie, dans la tradition de l’Ordre, insister sur l’exigence de l’étude. » Les laïcs doivent se donner les moyens de réfléchir sérieusement leur propre engagement chrétien en étant affrontés, dans leur propre vie et dans leur milieu, à la grande diversité des réalités humaines personnelles, familiale et sociales : « C’est dans l’expérience concrète que se posent les questions de vie de couple, d’éducation des enfants, de responsabilité professionnelle, de précarité de l’emploi, de niveau de vie économique, d’engagement politique et social. » Sur tous ces terrains la contribution des laïcs est sans pareille.

C’est bien en tant que laïcs que les laïcs dominicains peuvent apporter la meilleure contribution à la mission de l’Ordre, « en se distinguant délibérément de toute “contamination par la vie religieuse”, et en évitant des formalismes qui aboutiraient à la sclérose ». Et en étant aussi ouverts à « l’émergence d’autres formes de laïcat dans la famille », en particulier en lien avec les jeunes.

C’est tout un esprit et un programme que le fr. Bruno offre ainsi à nos fraternités.

Fr. Ignace Berten, op


Tags : , , ,

Caléidoscope de la vocation baptismale d’une laïque ordinaire

A multi-colored view of a kaleidoscope, H. Pellikka @ Wikipedia (CC-BY-SA)

A multi-colored view of a kaleidoscope, H. Pellikka @ Wikipedia (CC-BY-SA)

La réflexion que je vais développer dans cet article s’appuie sur un ouvrage de Pierre Claverie, religieux dominicain, évêque d’Oran assassiné en 1996. Dans son livre intitulé « Je ne savais pas mon nom. Mémoire d’un religieux anonyme » 1, il développe sa propre vision de la vocation religieuse. Sa pensée m’a ouvert des portes dans ma propre conception et capacité d’expression sur ma vocation baptismale. Il y explique que, baptisé dans le Christ, le Seigneur l’a saisi tout entier et qu’Il saisi les religieux et religieuses d’une façon toute particulière. A la lecture de ces lignes, je suis restée en arrêt, comme un bon chien, le nez au vent, reniflant une nouvelle piste intéressante. J’étais alors en plein questionnement sur l’orientation de ma vie, devant un choix professionnel qui m’amenait à quitter le service de l’Eglise diocésaine pour le service social dans la vie civile. J’ai réalisé que, par mon baptême, le Seigneur m’avait aussi saisie en entier dans toutes les facettes de ma vie de laïque et que l’expression de ma vocation complète était nécessairement différente de celles des religieux, religieuses et prêtres. J’ai compris que l’Eglise n’avait pas encore pris la mesure de la dimension de la vocation baptismale des laïcs en lui donnant un cadre qui permet de la déployer pleinement. C’est ce que je voudrais développer dans cet article. Lire la suite ›

Notes:

  1. P. CLAVERIE, Je ne savais pas mon nom, Paris, Ed du cerf, 2006

Tags : , , ,

Les laïcs engagés

RTBF, En quête de sens – Il était une foi, émission du 24 mars 2013 : « Les laïcs engagés » (cliquez sur l’image pour lancer la vidéo).


Tags : , , , , ,

Projet « Croix de la solidarité » avec les laïcs dominicains en Irak

« La présence chrétienne dans les pays bibliques moyen-orientaux va bien au-delà d’une appartenance sociologique ou d’une simple réussite économique et culturelle. En retrouvant la sève des origines, à la suite des premiers disciples choisis par Jésus pour être ses compagnons et pour les envoyer prêcher, la présence chrétienne prendra un nouvel élan. »

Benoît XVI , « Ecclesia in Medio Oriente », 14 sept. 2012, # 71

Projet "Croix de la solidarité" avec les laïcs dominicains en Irak - 1

La vie dominicaine en Mésopotamie remonte aux premiers jours de l’Ordre, en 1235, lorsque trois Frères voyagèrent jusque Bagdad, où St Dominique, un jour, avait rêvé d‘ouvrir une mission. En 1750, les Dominicains italiens y fondèrent une communauté, suivis par les Dominicains français. Aujourd’hui, l’Ordre compte 13 Frères irakiens, près de 200 Soeurs Dominicaines de deux Congrégations et environ 400 Laïcs Dominicains.

Dispersés parmi une population à majorité écrasante musulmane, dans une atmosphère de violence et d’insécurité, les chrétiens d’Irak (4% de la population) relèvent ce défi en restant proches les uns des autres. Dans la partie nord du pays, il y a sept Fraternités Laïques Dominicaines, chacune avec une Soeur Dominicaine comme assistante religieuse. Encore plus exposés aux attaques terroristes, il y a aussi un certain nombre de Laïcs Dominicains dans la région de Bagdad. Avec grande constance, les laïcs dominicains irakiens se donnent pleinement à leur vocation évangélisatrice. Comment peut-on les aider ? Comme soeurs et frères d’une famille mondiale en St Dominique, certes, nous le pouvons, de la manière la plus efficace, par nos prières ! En signe d’aide internationale, à la suite du projet « J’ai de la famille en Irak », lancé il y a quelques années, un nouveau projet de solidarité va être lancé.

Modèles croix dominicaines

Via le bureau des Laïcs Dominicains à Rome (adresse e-mail ci-dessous), de petites croix dominicaines en émail peuvent être achetées. Pour un don de 3.-Euros (4.US$), elles sont disponibles en deux modèles (cf. photo) : soit (A) sur une chaîne à porter en collier (3,0 cm x 1,2 cm / 1,2 x 1,0 pouces) soit (B) en broche (3,5 x 3,0 cm / 1,4 x 1,2 pouces). (Pour le port, il est préférable de commander par douzaines) Sur le compte destinataire de ces dons, en accord avec le Promoteur national et les membres du Conseil des Laïcs Dominicains Irakiens, des livres de prière et du matériel de Formation nécessaire d’urgence, seront achetés.

Merci de passer vos commandes au Bureau du Laïcat de la Curie à Sainte Sabine /Rome à l’adresse e-mail suivante :

laici@curia.op.org

En même temps que l’envoi, vous recevrez les détails bancaires pour le règlement.

Chers soeurs et frères en St Dominique, j’en suis vraiment convaincu : votre acte de générosité inspirera le zèle apostolique, non seulement en Irak, l’ancienne région biblique de nos ancêtres dans la foi, mais dans notre Famille Dominicaine du monde entier !

Signature David Kammler OP

fr. David Michael Kammler OP (Ex-) Promoteur Général du Laïcat Dominicain.


Tags : , ,

Site international des Dominicains