Vie de saint Dominique

1203-1206 : le temps des ambassades

Scènes de la vie de saint Dominique - Mission reçue des saints Pierre et Paul - Suew, Varsovie, La Mazovie, Pologne.Á l’automne 1203, l’évêque d’Osma, Diego de Acebès, est envoyé par le roi de Castille Alfonse VIII (1158-1214) en quête d’une épouse pour son fils auprès de la cour royale de Danemark. L’évêque choisit le sous-prieur de son chapitre cathédral, Dominique de Calruega pour l’accompagner : c’est la première fois qu’il quitte sa Castille natale, il a entre trente et trente-trois ans. À cheval ou en litière, escortés de seigneurs laïcs, de clercs et de serviteurs, ils prirent la route des Pyrénées et firent étape à Toulouse chez le comte Raymond VI, beau-frère d’Alphonse VIII : cette nuit-là, Dominique ramena pour la première fois un cathare à la foi catholique. Ils gagnèrent ensuite Paris où depuis trois ans grandit la jeune Blanche de Castille, fille d’Alphonse VIII et future reine de France. De là, ils purent s’embarquer au port royal de Montreuil/Mer et gagner le port danois de Ribe, traversée maritime fréquente et rapide, et parvenir enfin auprès du roi de Danemark à Roskild ou à Lund. Nous savons que l’évêque Diego était de retour en Castille le 14 février 1204 : un aller retour de plus de 6000 kilomètres en quatre mois ! Fin octobre 1205, l’ambassade repartait de nouveau pour ramener la fiancée en Espagne, mais cette fois-ci on peut passer par le pays basque et la Gascogne occupée par Alphonse VIII au nom de sa femme. Mais entre temps la fiancée avait préféré choisir la vie monastique. À Lund en cette fin d’année 1205, l’évêque Diego et Dominique assistent aux préparatifs de missions auprès des peuples païens près de la Baltique organisées par l’archevêque Andréas Sünesen, ce qui les enthousiasme. La caravane épiscopale prend donc le chemin de Rome via l’Allemagne et l’Italie du Nord et l’évêque Diego demande au Pape Innocent III (1198-1216) de la décharger de son évêché pour partir en mission chez les païens. Sur le refus du Pape, ils reprennent la route de l’Espagne mais en faisant un crochet par l’abbaye bourguignonne de Cîteau où Diego reçoit l’habit monastique. Puis, descendant la vallée du Rhône, ils arrivent à Montpellier en mars 1206.

En un peu moins de 6 mois Dominique venait d’accomplir un tour d’Europe qui l’avait mis en contact, étape après étape, avec les réalités linguistiques, sociales, religieuses et politiques les plus diverses.

[PhotoCC]

Site international des Dominicains