Vie de saint Dominique

1206-1215 : la prédication en Languedoc

Scènes de la vie de saint Dominique - Aut cum Deo aut de Deo - Suew, Varsovie, La Mazovie, Pologne.À Montpellier, ou plus exactement à Castelnau-le-Lez d’après la tradition, l’évêque Diego s’entretient avec les moines cisterciens légats du Pape pour prêcher contre l’hérésie cathare. Pour Diego, on ne parviendra à rien si on ne revient pas à la lettre de l’Évangile : aller deux par deux, à pied et sans argent. Lui-même, prêchant d’exemple, renvoie sa suite d’ambassadeurs à Burgos et ne garde avec lui que Dominique. On peut suivre leur premier itinéraire (mars-avril 1206) :

  • 1re étape Servian : 2 jours de marche, 8 jours de débats théologiques
  • 2e étape Béziers : 1 matinée de marche, 15 jours de débats
  • 3e étape Carcassonnne : 2 ou 3 jours de marche, 8 jours de débats.

Mais l’évêque Diego doit veiller à son diocèse : d’avril 1206 à sa mort à Osma le 30 décembre 1207 il fera plusieurs fois l’aller et le retour entre le Languedoc et la Castille. Dominique, lui, ne franchit plus les Pyrénées et restera près de dix ans à prêcher en Narbonnaise sous l’autorité du légat pontifical. Dès 1206-1207 il a la charge d’une communauté de moniales, Sainte Marie de Prouilhe au Castel de Fanjeaux, fondée pour les femmes réconciliées de l’hérésie cathare ou venant de la foi catholique.

Il est difficile de dessiner avec précision les déplacements de Dominique, mais la carte fait apparaître deux zones :

  1. Un grand carré qui va de Carcassonne (1206-1213) à Toulouse (1210-1215) et de Castres (1211) à Pamiers (1207-1212) marquant les limites extrêmes de son activité.
  2. Une zone d’une vingtaine de kilomètres de diamètre à l’Est du seuil du Lauragais où l’on peut repérer pour presque chaque village les noms d’hommes et de femmes réconciliés par lui : c’est là qu’on trouve Fanjeaux, son point d’ancrage dont il est curé en 1214-1215. Il est intéressant de noter que cette « diète » de Dominique correspond à la zone de plus forte implantation cathare, à la frontière des trois diocèses de Toulouse, Carcassonne et Narbonne, là où rivalisent les pouvoirs des contes de Toulouse, de Foix, de Catalogne et des vicomtes de Trencavel.

Malgré le déclanchement de la croisade des albigeois l’été 1209, Dominique restera fidèle à son ministère de prédication évangélique.

[PhotoCC]

Site international des Dominicains