Igor STRAVINSKY (1882 – 1971) : Symphonie de Psaumes (1930)

Igor Stravinsky

C’est après avoir composé Oedipus Rex (1927), Apollon Musagète (1928) et le Capriccio pour piano et orchestre (1929) que Igor Stravinsky composa la Symphonie de Psaumes.  Il désirait rendre gloire à Dieu pour une grâce obtenue lors de sa dernière tournée de concerts.  Terminée le 15 aoüt 1930 à Nice, où il habitait alors, la dédicace de la partition est : “Cette symphonie composée à la gloire de Dieu est dédiée au Boston Symphony Orchestra”.  C’est en effet pour fêter les 50 ans de l’orchestre que Serge Koussevitski, alors chef du célèbre orchestre, commanda une oeuvre à Stravinski, un compositeur dont la gloire était mondiale.  Il commanda d’ailleurs aussi d’autres œuvres à d’autres compositeurs.  La première mondiale eut lieu le 13 décembre à Bruxelles (au Palais des Beaux-Arts de Horta, alors tout nouveau) sous la direction d’Ernest Ansermet.  La Symphonie de Psaumes (et non pas des) comprend trois mouvements.  Les Psaumes (en latin) choisis sont : le 38 pour le premier mouvement (2 versets), le 39 (3 versets) pour le deuxième, et le 150 au complet pour le troisième.  Le texte est celui de la Vulgate.  La Lobgesang Symphony de Mendelssohn en est un antécédent, elle qui répondait à la symphonie avec choeurs de Beethoven, la fameuse neuvième.

Le premier mouvement est très court (les proportions des trois mouvements sont : un tiers, deux tiers, trois tiers). Le chant est une psalmodie sur deux notes (Mi et Fa, donc très rapprochées). Comme pour toute la musique de Stravinsky, la mise en place rythmique est absolument impeccable, et c’est donc rythmiquement qu’il faut l’écouter. Les petites sections se succèdent comme autant de diapositives sur un carrousel. Les deux pianos y sont prédominants. “Entends ma prière, Seigneur écoute mon cri”.

Le deuxième mouvement débute par une fugue entre les hautbois et les flûtes, après quoi les chœurs entrent en une autre fugue : “D’un grand espoir, j’espérais le Seigneur. Il s’est penché vers moi pour entendre mon cri”. Adversaire du sentimentalisme, la musique de Stravinsky est très austère, mais sa grandeur spirituelle en sort renforcée. Rappelons qu’à cette époque, Stravinsky venait de retrouver la foi orthodoxe de son enfance. Plus tard, il se convertira au catholicisme. L’austérité de son instrumentation se marque surtout par une utilisation presqu’exclusive des vents. D’ailleurs, les cordes ne sont présentes que par les violoncelles et les contrebasses. Pas de violons donc, ni d’altos.

Ce sont les vents qui ouvrent le troisième mouvement, avec le célèbre psaume 150 : “Louez Dieu en son temple saint”. Ensuite, la musique s’anime et plusieurs sections se succèdent, ponctuées par des arrêts sur “Alleluia”. La fin de la symphonie est absolument saisissante. Une des plus belles fins que je connaisse. La musique débouche en effet sur quatre notes répétées à l’infini, comme si on était projeté dans l’éternité. Musique statique exprimant l’extase, hors du temps. Une petite coda rappelle plusieurs passages antérieurs. C’est grandiose ! Quelle musique ! Cette symphonie est un des nombreux chefs-d’oeuvres de Stravinsky, sans doute le plus grand compositeur du 20è siècle. Elle est aussi un des chefs-d’œuvres de toute la musique sacrée. Ecoutez-la par Boulez (DG), par Herreweghe (Pentatone), par Neeme Järvi (Chandos) ou par Berstein (Sony, un peu lent mais avec beaucoup de ferveur).

Igor Stravinsky, Symphonie de Psaumes, Psaume 38 (versets 13 & 14), par The English Bach Festival Chorus & The London Symphony Orchestra sous la direction de Léonard Bernstein 1965/77 chez CBS Record.

Dominique Lawalrée, o.p.

Posté dans Troisième Oreille
Tags : ,

« Une morale souple mais non sans boussole… »

Alain THOMASSET et Jean-Miguel GARRIGUES, Une morale souple mais non sans boussole. Répondre aux doutes des quatre cardinaux à propos d’Amoris laetitia, Paris, Cerf, 2017, 170 p.

Analyse critique du frère Ignace Berten.

Couverture de Une morale souple mais non sans boussoleLe 19 septembre 2016, quatre cardinaux, – W. Brandmüller, R. Burke, C. Caffara et J. Meisner, – adressent au pape une lettre suite à la publication d’Amoris laetitia. Ils formulent cinq doutes (dubia), formulés sous forme de questions. Leur démarche est destinée, selon leur déclaration, à lever les doutes quant à l’interprétation de cette Lettre apostolique et à dissiper ses ambiguïtés, afin d’en confirmer l’orthodoxie. Pour ce faire, ils demandent au pape de répondre par oui ou par non à chacune des questions qu’ils soulèvent. Ces questions peuvent se résumer ainsi : l’enseignement de François dans Amoris laetitia confirme-t-il oui ou non l’enseignement de Jean-Paul II concernant la vérité de la foi, tel qu’il est exprimé dans son encyclique Veritatis splendor ? François maintient-il 1° qu’il y a des normes morales absolues auxquelles, quelles que soient les circonstances, on ne peut moralement déroger, en particulier en ce qui concerne les préceptes négatifs (typiquement : tu ne tueras pas, tu ne mentiras pas) ; 2° qu’il y a des actes intrinsèquement mauvais qui sont par eux-mêmes de l’ordre du péché grave et ne peuvent jamais avoir une légitimation morale ; 3° que la conscience n’a en aucune circonstance le droit de faire exception à ces normes absolues ou d’autoriser un acte intrinsèquement mauvais. Dans l’esprit de cette lettre, si François répond oui à ces doutes, il se met en contradiction avec ce qu’il déclare par ailleurs quant à l’interprétation à donner à Amoris laetitia (entre autres la lettre qu’il a envoyée aux évêques de la région de Buenos Aires, qui ouvre à certaines conditions l’accès à la communion pour les personnes divorcées et remariées). S’il répond non, il se place en contradiction avec Jean-Paul II et avec « la Sainte Écriture et la Tradition de l’Église », et donc il est hérétique. Quelle que soit l’intention de ces cardinaux, leur lettre est un piège, tout comme, dans l’Évangile, la question posée à Jésus concernant l’impôt dû à César […]

Posté dans En librairie
Tags : , , , , ,

Guetter l’aurore : l’espérance chrétienne, un acte héroïque !

Ancre

Journée inscrite dans le cadre du programme de formation du « Passage » au couvent de Liège et proposée par la Fraternité Saint Dominique – Saint Jean.

Samedi 12/05 2018, de 9 h 30 à 16 h
Salle du Passage 1 – Participation libre – Repas offert
Inscription au plus tard le 7 mai 2018 :
elisereul@yahoo.fr — 0497/21 33 41

Si l’on en croit les affirmations de leur profession de foi, les chrétiens pourraient bien être les derniers porteurs de sens et d’espérance dans un monde qui semble en être privé. Alors, peut être faut-il admettre que notre capacité à espérer passe par une renonciation à tous les « faux espoirs » et par la redécouverte d’une promesse.

Comme la foi, l’espérance des chrétiens est une certitude obscure qui repose sur la promesse d’un Dieu bienveillant et fidèle, la promesse d’une vie éternelle, une vie qui ne commence pas après la mort mais qui débute ici et maintenant.

Notes:

  1. Salle du Passage, Passage Bury, 2 à 4000 Liège (derrière l’église Saint-Jean et à côté du Parking Neujean)
Posté dans Apostolat, Vie dominicaine
Tags : , , ,

« Chrétiens sous hautes tensions »

Eglise Notre-Dame de la Sarte, Huy
Neuvaine 2018
Du samedi 5 mai au dimanche 13 mai à 20h.

Premier essai de photo d'éclair, galerie Flickr de Damien Labat.

Le but de ces 9 soirées est de nous permettre de mieux vivre ces tensions, ces tiraillements permanents qui existent entre l’exigence de vie de l’Evangile et la réalité du monde dans lequel nous vivons. La présence au monde qui est demandée à tout chrétien est exigeante. Parfois, elle peut décourager plus d’un d’entre nous, conscients de nos limites ou nos faiblesses. Cette Neuvaine sera donc l’occasion de recharger nos batteries et de remettre nos errances à leur juste valeur.

Programme

Cliquez sur la date pour visualiser le contenu.

Samedi 05/05/18Dimanche 06/05/18Lundi 07/05/18Mardi 8/05/18Mercredi 9/05/18Jeudi 10/05/18Vendredi 11/05/18Samedi 12/05/18Dimanche 13/05/16
« sagesse et folie »
Mme Myriam Tonus, o.p.
Animation musicale : Chorale Notre-Dame de la Sarte
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« Puissance et fragilité »
M. l’Abbé Thierry Tilquin
Animation musicale : Chorale Meli-Melo du Condroz
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« Être et avoir »
M. Georges de Kerchove
Animation musicale : Chorale Notre-Dame de La Sarte
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« La lettre et l’esprit »
Frère Stéphane Braun, o.p.
Animation musicale : Dominique Lawalrée & friends
à 14h00 : Célébration des Aînés et onction des malades – Chorale de la Collégiale & Chorale « Resurrexit »
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« Droit du pauvre et force des puissants »
Pasteure Yolande Bolsenbroek
Animation musicale : Chorale « Alors je chante »
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« Peuple élu et universalité »
Mme Dominique Olivier, o.p.
Animation musicale : Chorale Résonance
Enregistrement vidéo → (à praître)
« Lumière et obscurité »
Frère Ignace Berten, o.p.
Animation musicale : Chorale Accords et voix
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« Patience et immédiateté »
Frère Dominique Collin, o.p.
Animation musicale : Chorale Notre-Dame de la Sarte
Enregistrement vidéo → (à paraître)
« Justice et lâcheté »
Frère Patrick Gillar, o.p.
Animation musicale : Chorale Notre-Dame de La Sarte
Enregistrement vidéo → (à paraître)
Télécharger le programme — [PhotoCC]
Posté dans Apostolat, Vie dominicaine
Tags : , ,

Gaudete et Exsultate

François : Gaudete et Exsultate

Qu’est-ce qu’un saint ? Dans sa nouvelle exhortation apostolique, intitulée Gaudete et Exsultate et publiée le 9 avril, le pape François a voulu rendre accessible au grand public la notion catholique de sainteté.

« Il ne faut pas s’attendre, ici, à un traité sur la sainteté », prévient le pape François dès les premières lignes de son exhortation apostolique Gaudete et Exsultate, publiée lundi 9 avril. Et il tient ses promesses : le document de 128 pages est écrit dans un langage étonnamment accessible. Comme dans son tout récent livre Dieu est jeune (Robert Laffont – Presses de la Renaissance, 2018), il y tutoie son lecteur, une familiarité qui s’explique en grande partie par sa langue maternelle, l’espagnol, où le « tu » est très courant, comme en anglais. En somme, on croirait presque tenir entre les mains un de ces livres jaunes et noirs de la collection « pour les nuls ».

Posté dans Foi chrétienne, Vie de l'Église
Tags : , , ,

Du vent dans les voiles : Merci et chapeau Bas !

RCF Radio - La joie se partage

Émission présentée par Jean-Pierre Binamé, Myriam Tonus

S’émerveiller, se réjouir : des attitudes qui ne nous sont plus naturelles et qui sont parfois rendues bien difficiles par la marche du monde lui-même. Et pourtant, la joie d’exister est inscrite au cœur de l’être humain.

Posté dans Troisième Oreille
Tags : , ,

Sergueï Rachmaninov : All-Night Vigil

Eglise Orthodoxe

A la suite de Tchaikowsky, qui fut le premier russe à composer de la musique sacrée en dehors de l’Eglise orthodoxe avec sa « Liturgie de Saint Jean Chrysostome » en 1878, ce qui était impensable et interdit par les autorités ecclésiastique, Sergeï Rachmaninov fit de même en 1910, en composant son propre « Saint Jean de Chrysostome ». Puis il récidiva début 1915, en composant en moins de deux semaines son « All-Night Vigil » op.37, mieux connu sous le titre de « Vêpres ». Loin de sa musique la plus connue, généralement virtuose et à la rhétorique extravertie, le ton est ici intimiste. Les voix sont « a cappella », non accompagnées donc, comme il est d’usage dans la musique orthodoxe, car les instruments y sont bannis.

Le style de Rachmaninov emprunte volontiers à la musique du 19e siècle. Le compositeur est ce que l’on peut appeler un romantique tardif, non concerné par la musique moderne de son temps (Debussy, Stravinsky et Schoenberg). Les vigiles sont ainsi nommées car il s’agit d’être vigilant, de veiller et de prier. Luc 6, 12 : « En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu ». Les vigiles de la nuit du samedi étaient très populaires en Russie. On priait toute la nuit en passant de la création du monde, puis de la chute de l’homme, à l’attente du sauveur. Le matin était consacré à la résurrection.

L’œuvre de Rachmaninov comprend 15 sections, dont 10 sont fondées sur le plain-chant authentique, et les 5 autres sont, selon le mot du compositeur, des contrefaçons voulues. Ce sont des chœurs à 5, 6 ou 7 voix, et 8 voix pour la grande doxologie (le N°12). Les voix graves sont privilégiées, comme dans la musique orthodoxe authentique. Les sopranos ne dépassent pas le La aigü, et dans Nunc Dimittis (N°5, cantique de Syméon), les basses descendent jusqu’au Sib grave.

Cette œuvre (en deux parties : les vêpres et les matines) fut présentée pour la première fois le 1er mars 1915 avec beaucoup de succès, si bien qu’elle fut reprise 5 fois en un mois. Par après, le compositeur se mua en pianiste de concert pour pouvoir vivre, tout en continuant son activité créatrice. Je conseille la version de Paul Hillier avec le chœur philharmonique de chambre d’Estonie, parue en 2005 chez Harmonia Mundi. Une grande pièce d’orfèvrerie chorale.

Rachmaninov : Vespers & Complete All-Night Vigil, Op. 37, I. Come, let us worship, Chœur de chambre philharmonique estonien sous la direction de Paul Hillier, Harmonia Mundi, 2005.

Dominique Lawalrée, op

Posté dans Troisième Oreille
Tags : , ,

Lettre de frère Bruno Cadoré aux laïcs de l’Ordre des Prêcheurs

Frère Bruno Cadoré

Lettre du frère Bruno Cadoré adressée le 25 janvier aux laïcs de l’Ordre des Prêcheurs à l’occasion de l’assemblée internationale qui sera organisée à Fatima (Portugal) en octobre 2018.

Posté dans Vie dominicaine
Tags : , , ,

Pierre Claverie o.p. – Eléments biographiques

Monseigneur Pierre Claverie

Le pape François a approuvé le 26 janvier 2018 la reconnaissance du martyre de Mgr Pierre Claverie et de 18 autres religieux et religieuses, parmi lesquels les moines de Tibhirine. Cette reconnaissance ouvre la voie à leur béatification. C’est l’occasion pour Bénédicte Jerebzoff de la fraternité Fra Angelico de revenir sur la vie de cette personnalité dominicaine hors du commun dans un long article que nous vous proposons en téléchargement au format pdf.

Posté dans Vie de l'Église, Vie dominicaine
Tags : , , ,

Un nouveau frère pour notre province !

Prise d'habit d'Anton Milh le 27 janvier 2018

Ce samedi 27 janvier au couvent de la Renaissance à Bruxelles a eu lieu la prise d’habits d’Anton Milh lors de l’office des Vêpres de la fête de St Thomas d’Aquin. Une cérémonie simple et émouvante réunissant frères et laïcs francophones et néerlandophones ainsi que ses proches et quelques amis.

Originaire de Malines, Anton représentait la Famille dominicaine flamande à l’Assemblée européenne des fraternités dominicaines de Fatima, en octobre 2017, où il faisait partie de la délégation belge. Fin et toujours à l’écoute, Anton, qui a seulement 25 ans, a été vivement apprécié pour sa franche camaraderie, son équilibre et aussi son sens de la fête. Il nous a expliqué qu’il travaillait à une thèse d’histoire ecclésiastique à la faculté de théologie de Leuven et nous a aussi confié qu’il désirait depuis longtemps entrer dans l’Ordre comme frère dominicain.

La cérémonie du 27 janvier marque son entrée au noviciat où, pendant un an, il aura, selon les paroles du provincial Philippe Cochinaux, « l’occasion d’observer nos mœurs pour voir si elles lui conviennent tandis que nous aurons l’occasion d’observer ses mœurs pour voir si elles nous conviennent » (sic). Que le Saint Esprit ne cesse de l’accompagner et de le guider sur sa route.

— Bénédicte Jerebzoff, op

Posté dans Vie dominicaine
Tags : , , ,